• Farid Zahi, Mohamed Dlimi, Yacouba Konaté, Tanella Boni. Galerie Chez Valentin. Francographies de l’Art. 1997.
  • Farid Zahi, Mohamed Dlimi, Yacouba Konaté, Tanella Boni. Atelier de Bernard Moninot. Francographies de l’Art. 1997.

FRANCOGRAPHIES DE L’ART

La critique d’art

1992, le milieu de l’art s’enflamme, s’empoigne, se vilipende, s’injurie, « Y a t-il encore des critères d’appréciation de l’art contemporain ? ».

À chacun sa déclaration, ses articles. L’art contemporain traverse-t-il une crise ou sommes-nous face à un effondrement de la critique d’art ? Savoir Au Présent retient cette seconde hypothèse.

Entre une approche fondée par la sociologie ou éclairée par la genèse de l’œuvre ayant souvent cours en Occident ou une parole poétique privilégiée en Afrique subsaharienne, peut-on par l’éclairage d’une tradition par l’autre, refonder le registre de la parole sur l’art ?

C’est ce que propose « Francographies de l’Art » par un dispositif conçu autour de séjours de critiques d’art et d’échanges intercontinentaux Afrique/Europe.

Le dispositif

À la ferveur des grands débats sur l’art contemporain qui animent le début des années 1990 via médias et colloques, succède un retour à la situation quo ante sans aucune avancée réflexive. L’approche purement mentale de la question bute sur une inexplicable difficulté que « Francographies de l’art » tente de dépasser.

Lors de séjours dans l’autre continent, des critiques d’art lauréats rencontrent divers représentants du milieu de l’art. Le déplacement de critiques d’art d’un continent à l’autre, stimule les réflexions. Celles-ci se concrétisent dans la production de textes critiques sur l’œuvre d’artistes découverts lors du séjour.

À partir de ces textes, de larges débats associent les structures alentour et des personnes sensibles à l’art contemporain.

Les étapes

Après leur élection par un jury d’experts, les lauréats qui bénéficient d’une bourse de recherche, sont accueillis dans l’autre continent par un confrère critique d’art.

Pendant quatre semaines, l’invité participe à des visites d’exposition qui sont l’occasion d’échanges avec divers professionnels de l’art contemporain (conservateurs, galeristes, commissaires d’exposition, artistes, éditeurs). Chaque lauréat se concentre ensuite sur une œuvre sur laquelle il rédige un texte critique.

Savoir Au Présent sensibilise à l’événement le réseau des structures locales – associations, centres de documentation, médiathèques, établissements scolaires, centres culturels. Celles-ci invitent leur public, à leur tour, à écrire un texte critique sur une œuvre de leur choix.

Une rencontre finale associe les uns et les autres pour rendre compte des expériences et en tirer des enseignements.