RÉSONANCES

Confronter la création artistique et la recherche scientifique

 

Un lieu chargé d’histoire où des personnes se soignent, se forment, voyagent… Se nourrissant de la vie et de l’histoire du lieu, un artiste l’investit et y crée une œuvre monumentale in situ. L’inauguration donne lieu à la « Grande Interview » où sont invités des chercheurs scientifiques extérieurs ou exerçant dans le lieu d’accueil.

Dans « Résonances », les deux logiques, artistique et scientifique, se font face explorant des problématiques qui se rejoignent, mettant en lumière leurs différences. L’œuvre reste exposée pendant deux semaines, visible par les personnels, les visiteurs et les structures environnantes.

 

Créations monumentales

 

C’est d’abord le plasticien Louis Chacallis qui, en 1988, crée l’œuvre monumentale Même dans les moments les plus calmes inspirée du Radeau de la Méduse de Géricault, au centre du Grand Réservoir de l’Hôpital Bicêtre. Le 7 novembre 1988, l’inauguration de l’œuvre voit Laurence Louppe critique d’art, Marc Lachièze-Ray astrophysicien, le Professeur Fries et Claude Kordon Directeur de recherche au CNRS, livrer leurs réactions lors de la « Grande Interview » conduite par Daniel Dobbels.

Jean-Pierre Bertand ensuite, descend au fond du Grand Puits de Bicêtre, inexploré depuis deux siècles, et où une résurgence de la Bièvre fait encore entendre le bruit de l’eau. Cette intervention est inaugurée le 24 avril 1989 avec Catherine David Conservatrice, Alain Guénoche Chercheur au GREC-CNRS, Jean-Didier Vincent alors Directeur de l’Unité Inserm 176, Gérard Wajcman écrivain et psychanalyste. La « Grande Interview » est animée par Jean-Michel Ribettes.

Accueillie par le Groupe Hospitalier Cochin, la troisième « Résonance » tend la main au plasticien Thierry Cheverney pour déployer une installation monumentale dans le cœur des Religieuses de la Chapelle de Port Royal. Gilles Cohen-Tannoudji physicien théoricien au CEA, Bernard Lamarche-Vadel critique d’art et Didier Sicard alors professeur de médecine interne à Cochin, éclairent de leurs échanges l’œuvre exposée, lors de l’inauguration qui a lieu le 27 novembre 1989.

Autre lieu, autre mission, c’est ensuite la Bergerie nationale de Rambouillet, que le plasticien Gilbert Della Noce investit pour y développer une série de grandes toiles, l’Adoration des Bergers. Les moutons de mérinos, descendants directs du troupeau importé d’Espagne à la demande de Louis XVI en 1786, font entendre leurs bêlements. La « Grande Interview » réunit le 17 juin 1992 Anne-Marie Brisebarre ethnologue, Françoise Dieterlin Biologiste du développement – Collège de France, Nicole Eizner sociologue au CNRS et Michel Van Praet du Museum d’Histoire Naturelle, autour de l’actualité de l’idée de nature dans les domaines scientifique et artistique.

ARTS ET SCIENCES

RESONANCES : CONFRONTER LA CREATION ARTISTIQUE ET LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

 

Un lieu chargé d’histoire où des personnes se soignent, se forment, voyagent… se nourrissant de la vie et de l’histoire du lieu, un artiste l’investit et y crée une œuvre monumentale in situ. L’inauguration donne lieu à la « Grande Interview » où sont invités des chercheurs scientifiques extérieurs ou exerçant dans le lieu d’accueil.

Dans Résonances, les deux logiques, artistique et scientifique, se font face explorant des problématiques qui se rejoignent, mettant en lumière leurs différences. L’œuvre reste exposée pendant deux semaines, visible par le personnel, les visiteurs et les structures environnantes.